• -80 PUISQUE

     

    Challenge N°331 Ecrire en chanson

    Sur une idée de Morganne, voici le nouveau challenge de ce début d'année 2018:

    Ecrire à partir d'une chanson

     J'ai plus ou moins retravaillé une BALLADE écrite en 2011 sur l'idée de la chanson « PUISQUE » de Mylène FARMER.

    pour écouter la chanson, recopiez le lien : https://www.youtube.com/watch?v=EEM6OwLI-0k

    J'ai modifié quelques vers et quelques rimes mais je n'ai pas touché à la césure des vers qui est à 5/5 et qui devrait être à 4/6.

    (J'apporte cette précision dans le cas ou des puristes liraient cette ballade, en ce bas monde rien n'est parfait!!!!)

    Autre précision : Les VERS de cette ballade sont de MOI, ils ne sont pas le texte de la chanson!!!!!

     -80 Puisque

    https://pixabay.com/fr/photos/?hp=&image_type=&cat=&min_width=&min_height=&q=vol+de+corbeau&order

     

    Puisque cette vie est sans importance

    N’ayez de chagrin près de mon tombeau, 

    Je n’existe plus et pourtant j'avance

    Dans l'obscurité d'un vol de corbeau

    Cachant mes regrets au fond d'un jabot.

    Seul le vent comprend l'ultime raison

    Qui me pousse vers ce bel horizon

    Où disparaîtront les sombres bélandres ;

    J'arrive sans peur dans cette maison

    Si je dois nourrir le sol de mes cendres.


    Puisque la pensée est la délivrance,

    Qui fait la grandeur d'un rêve nabot.

    Elle est son esprit et sa renaissance

    Rayant du futur le dernier lambeau

    D'un être amoureux devenu robot.

     Son appel jaillit telle une oraison,

    Diluant les murs de fausse prison

    sur laquelle meurt l'écho des esclandres.

    Alors dans ma voix plus de trahison

    Si je dois nourrir ce sol de mes cendres.

     

    Puisque le trépas est l'unique absence

    Éclairant le ciel d'éternel flambeau ;

    Il est l'incendie au flou qui nuance

    Tous les cauchemars d'un monde ribaud,

    Pour que dans la nuit l'Univers soit beau.

    Enfin au matin une eau sans poison,

    Lavera les fruits de la guérison

    Et fera germer de nouveaux cœurs tendres.

    Le bonheur sera vert comme un gazon

    Si je dois nourrir le sol de mes cendres.

     

    Prince de l’oubli que la floraison

    Devienne l'éveil brisant la cloison,

    Libérant ainsi les tristes méandres.

    Que de notre amour croît une saison

    Si je dois nourrir le sol de mes cendres. 



    (Droits d’auteur réservés) 

    IMPARFAITLIBRE 
    (14 Janvier 2018)

     

    Copyright HT0R27

    « - Papillons- Haïku "Le temps" »

    Tags Tags : , , , ,